dimanche 3 juillet 2016

127. Le Bullet Journal : donner de la force à ses rêves



Bonjour, bonjour !

Aujourd’hui, un article spécial Bullet journal : ce système d’organisation qui a déjà un franc succès aux États-Unis et qui commence à faire des émules en France.

Véritable phénomène de mode ? Oui, peut-être, mais je n’aime pas ce concept naviguant dans les eaux troubles de connotations plus négatives les unes que les autres. Après, ça nous donne un truc indigeste où les personnes qui commencent un bullet journal sont traitées de bêtas moutons.

Lorsqu’un objet/concept rencontre son public, à la place de baver dessus (« oh non moi je trouve ça nul ») je pense qu’il est plus intéressant de s’interroger sur les raisons d’un tel succès.

Mais ici, point d’étude sociologique sur les habitudes curieuses et passionnantes des bullet journaleuses. J’ai fini mon mémoire, merci bien. Non, j’ai décidé de vous expliquer pourquoi ce petit carnet m’a conquise, en deux grands points.



Zen.

Tout d’abord, le système du bullet journal permet de mêler organisation et création. Je vous l’avoue tout de suite, moi c’était le côté création qui m’a le plus attirée. Bah oui, l’organisation c’est pour les faibles, ceux qui n’ont pas de mémoire (forcément). C’est quoi ce délire autour des TO-DO list ? Mon cerveau ne suffirait-il pas ?

Ce qui me plaît donc tout de suite, c’est l’idée d’avoir une excuse pour me poser, au moins une fois par jour, pour créer quelque chose de sympathique : jolie calligraphie, illustration de citation, doodle (comprendre : petit dessin mignon qui ne nécessite pas d’avoir fait une grande école d’art) ou encore de beaux entêtes de page.
Et ça détend tellement ! Avec mes feutres en main, je m’applique, je ne pense qu’à ça, et je peux vous assurer que, profitant surtout de mes soirées pour m’occuper de mon bullet journal, ça facilite énormément pour trouver les bras de Morphée.

Mais bon, pour que mon bullet journal ne vire pas au carnet de croquis, je me lance dans les listes. Des listes de choses à faire au mois, à la semaine et à la journée. Mon organisation : le plus souvent, je fais ma liste de choses à faire la veille. Et c’est juste gé-nial ! 

Est-ce que, comme moi, vous avez tendance à lutter pour vous endormir, car, pendant au moins trente minutes, vous vous faites mentalement la liste des choses que vous devez réaliser le lendemain ?

Depuis le bullet journal, je ne le fais plus. Tout simplement, je m’accorde dix minutes avant d’aller au lit pour poser à l’écrit ma TO-DO list. Du coup, pas de stress d’oublier quelque chose au réveil, pas besoin de se répéter trois cents fois avant de dormir « oh, demain, il faut vraiment que je pense à aller à Decathlon me racheter des chaussettes anti-ampoule » (inspiré d’une histoire vraie).


Planifier ses rêves.

Mais là où le bullet journal aura vraiment changer mes habitudes, c’est dans mon rapport avec mes rêves et mes ambitions.

Allez, petite liste non exhaustive d’activités qui pourraient vous concerner : perdre cinq kilos, aller en Australie, adopter un petit animal, écrire un roman, se faire un marathon Harry Potter, composer une chanson, devenir végétarien, créer son propre jardin, se mettre au footing, apprendre une nouvelle langue, se lancer dans la méditation ou le yoga, peindre un tableau, reprendre une vieille habitude perdue, lire tous les Stephen King ou encore créer un bel album photos…

Vous voyez le genre, hein ? Vous savez, ces pensées obsédantes qui reviennent dès que vous laisser votre esprit avancer en mode automatique. « Oh, je ferai bien ça ». « Oh, si j’avais le temps/l’argent, ça fait longtemps que j’aurais… ».


Stop aux excuses. Tout le monde lutte contre le temps et des fois, je me dis que même les millionnaires ne se rendent pas compte des possibilités qu’ils ont avec l’argent qu’ils gagnent.

Faites de vos rêves des priorités. Des objectifs.

Les réflexions dans un petit nuage, c’est bien. La planification, c’est mieux.

Et c’est pour ça que le bullet journal nous donne la force de réaliser nos rêves.

Tout d’abord, rien qu’avec le principe du tracker : un tableau, plusieurs activités dont on veut estimer et booster la périodicité (parce que oui, à la fin de la journée, on est content de pouvoir colorier la petite case et de nous rendre compte qu’on l’avait déjà coloriée hier, et avant-hier, et avant-avant-hier…)





Exemple concret : je n’ai jamais autant écrit mon roman que depuis que j’ai commencé mon bullet journal.

Liste de choses à faire du mois : « être fière de mon avancée dans mon roman ».
Liste de choses à faire de la semaine : « être arrivée au chapitre 32 ».
Liste de choses à faire de la journée : « prévoir une séance d’écriture d’au moins une heure ».
Et voilà comment un rêve se planifie et devient plus réel et palpable.

Depuis peu, je me suis aussi crée un tracker spécial pour mes habitudes d’écriture : un calendrier au mois où j’écris le nombre de mots rédigés en ce jour, le temps passé, le chapitre en cours et le nombre total de pages A4. À ça, j’ajoute un code couleur pour mon humeur de jour, indiquant si aujourd’hui c’était laaaaaaaa galère ou si je suis excitée comme une gamine de 10 ans à Disneyland Paris qui vient d’apercevoir la Reine des Neiges.

Reste plus qu’à trouver l’organisation correspondant à votre rêve, celui auquel vous voulez donner la priorité. Le bullet journal permet une rigueur, il permet aussi de persévérer, de valoriser nos efforts, de prendre du recul sur nos coups de mou.



J’espère que les images de cet article vous permettent de saisir le concept et ma manière de m’approprier le bullet journal. Si vous voulez en savoir plus, je vous invite à jeter un œil à la playlist BUJO de machaîne Youtube.

Pour participer à cet engouement créatif, je vous invite aussi à rejoindre le groupe Facebook du Bullet Journal à la française. De nombreuses personnes l’animent, partageant des photos très inspirantes et vous y retrouverez une communauté sympathique, toujours prête à répondre à vos questions !


Il ne me reste alors plus qu’à vous dire à la semaine prochaine pour un nouvel article !

Fanny


4 commentaires:

  1. Bonjour Fanny.
    Peux-tu me donner le lien où tu as acheter le carnet où tu fais ton bullet Journal
    Pleins de bisous,
    Pauline du blog iletaitunefoislalecture. c:

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Hey ! Malheureusement je l'ai acheté sur amazon et il est depuis en rupture....

      Supprimer
  2. Bonjour Fanny,

    Merci pour cet article détaillé. Je suis tombée par hasard sur la vidéo et je l'ai trouvé très inspirante. Merci pour le partage. Moi qui procrastine beaucoup dans l'écriture de mon roman, j'ai enfin peut-être trouvé la solution à mon problème.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Contente que ça puisse aider ^^ pas de solution miracle mais un petit plus pour trouve la motivation nécessaire, je pense =)

      Supprimer